Rechercher
  • lauresauvaitre

Si je n'avais pas peur...

Poème pour les amoureux qui ont peur

Si je n'avais pas peur,


Je cesserais de regarder mon rêve de toi défiler sous mes yeux,

Je ne le laisserais pas m'adresser un au-revoir de la main un peu ironique en me disant : "Mais qu'est-ce que tu fous ?",

Je courrais le rattraper et le serrer fort contre moi en lui avouant que je t'aime au point de ressentir cette folie sublime d'y croire,

Je rirais de toutes ces fois où les doutes veulent détruire la magie du cœur en lui faisant croire qu'ils le protègent,

J'inventerais ces poésies de l'amour qui n'ont pas d'autres vertus que celles de rendre acceptable l'existence,

J'embrasserais ma folie d'aimer comme le plus beau des cadeaux à me sentir vivante dans nos yeux,

J'accepterais de me battre au quotidien pour être à la hauteur et que tu n'aies plus un jour à douter,

Je saurais sortir mon parapluie à chaque fois que les averses de mots risqueraient de me tremper de la tête aux pieds,

Je te rendrais assez fou pour me suivre dans cette romance où je ferais face au réel avec détermination et force,


Si je n'avais pas peur,


Je t'adresserais ces quelques lignes écrites alors que tu dors à mes côtés,

Je cliquerais sur "envoyer",

Je redonnerais vie à celle que j'ai condamnée à se taire et se terrer,

Je la laisserais reprendre la main un instant car son choix est peut être le plus sensé de sa vie


Si je n'avais pas peur,


Je risquerais à te dire que je veux continuer le chemin à t'aimer et en t'aimant,

Je risquerais d'accepter de recevoir le rejet, le refus, les accusations, les reproches, les doutes, les peurs, le désamour, la colère, la déception,

Je risquerais cette entièreté d'être à ce prix là par honnêteté, par cohérence car cette authenticité là ne sera jamais une folie, jamais,


Si je n'avais pas peur,


Je serais pleinement moi-même et responsable de mes choix,

Je commencerais à faire le choix d'être et de devenir celle que je veux vraiment,

J'assumerais l'envie qui pétille dans mon ventre à vouloir te plaire ainsi,

Et je concevrais qu'en cas d'échec, ce serait malgré tout la seule dernière carte à jouer


Tu te réveilles et je n'ai plus peur.

50 vues